Génériques : les règles pour toucher la ROSP 2017

Deux textes officialisent les règles définissant la ROSP (rémunération sur objectifs de santé publique) génériques pour 2017.

L’avenant 11 de l’accord national relatif à la fixation d’objectifs de délivrance de génériques paru au Journal officiel le 13 décembre fixait à 86 % l’objectif de pénétration des génériques pour 2017. Un second texte est paru le 16 décembre, il s’agit d’un arrêté approuvant l’avenant 10 à la convention nationale pharmaceutique. Celui-ci précise les molécules suivies pour le calcul de la ROSP 2017 et les molécules faisant l’objet d’une stabilité de délivrance pour les personnes âgées.

Cet arrêté précise pour chaque molécule concernée un seuil de substitution bas, des seuils intermédiaires et les économies potentielles à la clé.

Les molécules ciblées sont les suivantes : atorvastatine, aripiprazole, quétiapine, esoméprazole, pravastatine, clopidogrel, montékulast, simvastatine, olanzapine, oméprazole, tramadol + paracétamol, lercanidipine, escitalopram, ramipril, metformine, nébivolol, pantoprazole, irbésartan, valganciclovir, duloxétine, cefpodoxime, gliclazide, irbésartan + hydrochlorothiazide (HCTZ), valaciclovir, valsartan, amoxicilline + acide clavulanique et répaglinide.

Les molécules pour lesquelles une stabilité de la délivrance aux personnes âgées est demandée aux officines sont : atorvastatine, aripiprazole, quétiapine, pravastatine, clopidogrel, montékulast, simvastatine, olanzapine, lercanidipine, escitalopram, ramipril, metformine, nébivolol, irbésartan, duloxétine, gliclazide, irbésartan + hydrochlorothiazide (HCTZ), valsartan et répaglinide.






         (Le Moniteur des Pharmacies)