La Cour des comptes s’attaque aussi aux pharmaciens

Dans son rapport de septembre 2017 de 44 pages, la Cour des comptes s’attaque au surcoût de distribution des médicaments en critiquant tant les pratiques de l’industrie pharmaceutique que des répartiteurs et des pharmaciens en arguant notamment :

  • un réseau surdimensionné de pharmacies d’officine,
  • des rémunérations complémentaires peu transparentes,
  • cumul de rémunérations réglementées et de rétributions par les entreprises pharmaceutiques et répartiteurs,
  • une substitution générique coûteuse,
  • un réseau officinal qui peine à se regrouper,
  • une augmentation de la MB compensant les charges d’exploitation et augmentant mécaniquement l’EBE.

Des voies d’une baisse du coût de la distribution des médicaments sont énoncées :

  • la révision des rémunérations de l’ensemble des acteurs en particulier sur le générique,
  • la réorganisation progressive du réseau officinal par durcissement des règles d’implantation pour faciliter les regroupements et les fermetures,
  • l’ouverture du capital,
  • la vente libre de médicaments à prescription médicale facultative,
  • la favorisation de la vente en ligne.

(Revue Pharma)